Conscience 2018-03-13T10:48:07+00:00

CONSCIENCE

Pourquoi Évolution de la Nourriture

Malgré cela, les nouvelles sur ce que la planète doit supporter en raison des grands élevages intensifs, créés pour faire face à une augmentation de la population toujours croissante, sont alarmantes. Pensez que pour produire seulement 1 kg de viande, il faut environ 15 000 litres d’eau, que les émissions de CO2 provenant de ces activités sont très élevées et contribuent à 18% de toutes les émissions et qu’actuellement, environ 70 Milliards d’animaux sont abattus chaque année. Ces données sont indicatives d’une condition globale alarmante qui, selon les prévisions de la FAO, en continuant à ce rythme, est destinée à s’aggraver. En effet, d’après leurs estimations, une consommation annuelle de viande de 40 millions de tonnes au début du siècle, atteindra, en 2050, l’incroyable valeur de 500 millions de tonnes.
L’augmentation massive du nombre d’élevages de bovins et des besoins alimentaires des animaux, a remplacé, au cours des dernières décennies, les champs, les prairies, les bois et de grandes portions de ces forêts qui, sans surprise, sont appelées le « poumon vert de la planète ». Cela engendre implacablement une série de conséquences terrifiantes pour nous et pour notre planète.
Pensez au réchauffement climatique ou malheureusement au fameux « effet de serre », qui est en grande partie la conséquence directe des émissions dans l’atmosphère du dioxyde de carbone produit par les animaux lors des processus digestifs. Pensez à la contamination des aquifères qui subissent chaque jour l’inondation de milliers de tonnes d’eaux usées polluantes, à la désertification croissante ou au gaspillage inimaginable d’eau douce qui sert à satisfaire et à faire fonctionner ce mécanisme pervers ou à toutes les actions qui ne font que mettre en évidence à quel point ce que nous faisons est contre-nature et inhumain.

Bien que ces considérations ne soient pas encourageantes et que la condition écosystémique soit de plus en plus délicate, il est réconfortant de constater que le nombre de personnes qui choisit de réduire ou d’éliminer la consommation de viande augmente.
Les complices de cette croissance positive sont la plus grande information, le développement de la sensibilité envers les animaux et un intérêt majeur pour les questions environnementales qui, malheureusement, nous touchent de plus en plus près. De nombreuses personnes, conscientes du bénéfice qu’ils peuvent tirer d’un régime strictement végétarien et des aspects positifs que cela a sur la planète, essaient
d’inverser la route, de changer leurs habitudes alimentaires et de limiter toutes les actions qui peuvent, d’une certaine manière, endommager la planète et par conséquent eux-mêmes.
En oubliant momentanément les motivations morales et environnementales pour lesquelles de plus en plus de personnes décident de ne plus se nourrir d’animaux, les conditions dans lesquelles ils sont élevés et les fréquentes contaminations homme- animal (comme la grippe aviaire, la vache folle ou la grippe porcine) devraient dissoudre également les derniers doutes sur l’importance de choisir un régime végétarien. Penser simplement à la grande quantité d’hormones et d’antibiotiques qui sont constamment administrés aux animaux comme les poulets, les vaches ou les cochons devrait nous dissuader de les manger.
Il est maintenant clair que la consommation de viande, et en particulier de viandes rouges, peut être (ou plutôt est) très nocive pour notre corps. Ce facteur a souvent été rappelé par les experts et les grandes sommités de la médecine, si bien que le Ministère de la Santé et notamment l’Organisation Mondiale de la Santé ont publié des lignes directrices afin de limiter les risques de maladies cardiovasculaires et cancéreuses.

CONSCIENCE

Pourquoi Évolution de la Nourriture

Malgré cela, les nouvelles sur ce que la planète doit supporter en raison des grands élevages intensifs, créés pour faire face à une augmentation de la population toujours
croissante, sont alarmantes. Pensez que pour produire seulement 1 kg de viande, il faut environ 15 000 litres d’eau, que les émissions de CO2 provenant de ces activités sont très élevées et contribuent à 18% de toutes les émissions et qu’actuellement, environ 70 Milliards d’animaux sont abattus chaque année. Ces données sont indicatives d’une condition globale alarmante qui, selon les prévisions de la FAO, en continuant à ce rythme, est destinée à s’aggraver. En effet, d’après leurs estimations, une consommation annuelle de viande de 40 millions de tonnes au début du siècle, atteindra, en 2050, l’incroyable valeur de 500 millions de tonnes.
L’augmentation massive du nombre d’élevages de bovins et des besoins alimentaires des animaux, a remplacé, au cours des dernières décennies, les champs, les prairies, les bois et de grandes portions de ces forêts qui, sans surprise, sont appelées le « poumon vert de la planète ». Cela engendre implacablement une série de conséquences terrifiantes pour nous et pour notre planète.
Pensez au réchauffement climatique ou malheureusement au fameux « effet de serre », qui est en grande partie la conséquence directe des émissions dans l’atmosphère du dioxyde de carbone produit par les animaux lors des processus digestifs. Pensez à la contamination des aquifères qui subissent chaque jour l’inondation de milliers de tonnes d’eaux usées polluantes, à la désertification croissante ou au gaspillage inimaginable d’eau douce qui sert à satisfaire et à faire fonctionner ce mécanisme pervers ou à toutes les actions qui ne font que mettre en évidence à quel point ce que nous faisons est contre-nature et inhumain.

Bien que ces considérations ne soient pas encourageantes et que la condition écosystémique soit de plus en plus délicate, il est réconfortant de constater que le nombre de personnes qui choisit de réduire ou d’éliminer la consommation de viande augmente.
Les complices de cette croissance positive sont la plus grande information, le développement de la sensibilité envers les animaux et un intérêt majeur pour les questions environnementales qui, malheureusement, nous touchent de plus en plus près. De nombreuses personnes, conscientes du bénéfice qu’ils peuvent tirer d’un régime strictement végétarien et des aspects positifs que cela a sur la planète, essaient
d’inverser la route, de changer leurs habitudes alimentaires et de limiter toutes les actions qui peuvent, d’une certaine manière, endommager la planète et par conséquent eux-mêmes.
En oubliant momentanément les motivations morales et environnementales pour lesquelles de plus en plus de personnes décident de ne plus se nourrir d’animaux, les conditions dans lesquelles ils sont élevés et les fréquentes contaminations homme- animal (comme la grippe aviaire, la vache folle ou la grippe porcine) devraient dissoudre également les derniers doutes sur l’importance de choisir un régime végétarien. Penser simplement à la grande quantité d’hormones et d’antibiotiques qui sont constamment administrés aux animaux comme les poulets, les vaches ou les cochons devrait nous dissuader de les manger.
Il est maintenant clair que la consommation de viande, et en particulier de viandes rouges, peut être (ou plutôt est) très nocive pour notre corps. Ce facteur a souvent été rappelé par les experts et les grandes sommités de la médecine, si bien que le Ministère de la Santé et notamment l’Organisation Mondiale de la Santé ont publié des lignes directrices afin de limiter les risques de maladies cardiovasculaires et cancéreuses.